jumelle-malgre-moi

jumelle-malgre-moi

Nils

2 appréciations
Hors-ligne
Bonjour, j'ai 50 ans et il y a quelques semaines, j'ai découvert que j'avais un frère jumeaux mort à 5 mois de grosses. Depuis, je suis en deuil malgré moi. J'ai écrit ce texte pour lui. Je vous le livre parce que j'ai un besoin irrépressible que la terre entière sache. Merci de me lire :

Nils, mon frère jumeau,
Nils, je ne te savais pas en moi depuis tout ce temps. Tu étais là, pleurant mes larmes, souffrant mes blessures, me plongeant dans tes abymes, sectionnant mes cordes de secours, hurlant ta détresse de ne pas pouvoir mourir tout à fait. Je n’ai pas compris tes appels, me les renvoyant au cœur meurtri, m’épuisant à regarder ailleurs. Je te croyais moi, tentais de m’unir à nouveau, me cherchais sans te savoir, m’empêchant de vivre, t’empêchant de mourir. Tes appels, je les ai crus miens, cris à la vie empreints du manque de repos de nos âmes. Comment pouvais-je comprendre ? A ce stade, nous n’étions qu’âmes liées, chairs se construisant ensemble, fluides partagés, mouvement de mélange.
Nils, lorsque tu as été assassiné, je me suis plongée dans cette équivalence complexe de penser qu’une partie de moi-même s’était dissoute. Cette partie de bien-être, de partage, d’amour pur et unique. Je n’ai pas compris que c’était toi. Depuis, je nous cherche en d’autres. Je nous ai associés au bonheur, aux heures heureuses, à la plénitude, à la complétude. Quête de ce temps présent, passé en ton absence éternelle.
Nils, pardonne-moi de n’avoir pas compris ton entité, pardonne-moi de nous avoir amalgamés, ensemble mi- vivant, mi- mort. Nils, je te pardonne d’avoir maintenu ta présence, de nous avoir amalgamés, ensemble mi- mort, mi- vivant. Chacun bringuebalant sur notre chemin cahoteux. J’ai senti que quelqu’un voulait mourir, j’ai pensé que c’était moi, je me suis assassinée de nombreuses façons, me mutilant de tes apports, survivant malgré tout, heureuse parfois, énergie d’autres abreuvant mes inexistences passagères. Tu as senti que quelqu’un voulait vivre, tu as pensé que c’était toi, tu t’es ressuscité de nombreuses façons, te construisant de mes apports, mourant malgré tout, triste parfois, énergie d’autres abreuvant tes existences passagères.
Nils, à présent notre mémoire se rappelle à nous, frère et sœur jumeaux, nous voilà identifiés, reconnus. Elle nous plonge alors dans ce temps où nous vivions ensemble. Nous nous voulons beaux, fragiles, rieurs, espiègles, aimants, fidèles, frère et sœur. Nous nous voulons répondant à notre idéal. Nous nous voulons, liés en toutes choses, inséparables, fusionnels, symbiotiques. Nous nous voulons encore. Encore un peu, un instant seulement, une survivance de ce temps partagé. Nous nous délectons à nous vivre, grandis ensemble. Nous nous voulons protecteurs l’un de l’autre, conquérants, complétude idéale des forces et défaillances. Tout est si simple, immense infini de potentiels colorés de nos imaginaires. Nils, ce temps de reconnaissance, passage de nos vies présentes, nous idéalise, nous sanctifie.
Nils, ce temps passé ensemble, nous l’avons désiré avenir, destin, quête entretenue d’espoir de nous revivre.
Nils, nous n’avons vécu, nous ne sommes morts, qu’à notre recherche.
Nils, à présent, nous nous sommes retrouvés. Nous le sentons, cette quête est achevée. Nous ressentons alors ce bonheur immense de nous savoir, nous ressentons alors cette tristesse infinie de nous perdre à nouveau. Parfois, à revivre nos échanges, nous nous complaisons à les vouloir éternels. Parfois à revivre nos échanges, nous les ressentons mortels. Nous sommes là, nous balançant hors du temps, vivre ou mourir, que nous importe tant que nous sommes réunis.
Nils, nos chemins ne peuvent correspondre.
Nils,
Nils, donnons-nous ce cadeau d’amour, enlaçons-nous encore un peu,
Nils, c’est si difficile de nous dire adieu.
Nils, Adieu, Nils, Nils, Nils

3 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Nils, Bienvenue
Et bien...quel texte émouvant! Je comprends donc que vous aussi vous avez garde un pied de l'autre côté.
Effectivement c'est si difficile de se dire adieu, et je le comprends très bien... Vos chemins peuvent correspondre, je pense, mais, différement, peut-être est-ce à nous de trouver comment...(Je travaille là dessus moi aussi) J'espere que l'écriture de ce texte vous aura fait du bien, et qu'il fera du bien à ceux qui viendront le lire. Tous ces sentiments de confusions, que vous comprenez enfin...Je vous souhaite de vivre enfin au singulier, comme moi je commence à le faire. Le deuil n'est pas facile, c'est même loin d'être facile. Mais si vous avez besoin de parler, (d'écrire), nous sommes là, nous les autres jumeaux survivants. Ca ne peut que faire du bien!
https://www.facebook.com/groups/649247941808933/
ceci est le groupe Facebook que j'ai lancé pour essayer d'avoir plus de visibilité, si vous voulez echanger, soyez la bienvenue.
bon courage, et bonne continuation.

4 appréciations
Hors-ligne
Je suis très émue en lisant ce texte, merci pour ce partage

2 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Taena, merci de m'avoir lu comme j'ai lu ton texte si troublant.
Presque un an est passé depuis ma découverte et je vais beaucoup mieux comme une libération d'un poids ressenti durant tant d'année.
Sais-tu si tu as eu un jumeaux ? ton texte me rappelle bien des choses de ma vie avant cette découverte, cette quête incessante d'une proximité telle que tu l'as décrite, associée à une peur inconsciente de revivre un deuil. Un beau bazar qui a enfin trouvé une justification.
Je te souhaite beaucoup de bonheur
Nils 

4 appréciations
Hors-ligne
Bonjour Nils, 
merci pour ton message  
Comment as-tu fais pour pouvoir te sentir mieux? c'est simplement le fait de "savoir"? ou tu as travaillé sur ton histoire? 
Je suis sophrologue et praticienne EFT (libération émotionnelle par la psychologie énergétique). La méthode EFT encadrée par 1 thérapeute, je ne saurais la conseiller assez car c'est très efficace dans nos cas de jumeaux survivants. Mais c'est un travail dur c'est vrai, moi-même je suis encore coincée dans tout ça. 
Oui j'ai eu un jumeau avant ma naissance, dès que je vois un nouveau thérapeute (acunpuncteur, magnétiseur, psy etc...); ils me disent tous :"ah, vous avez eu un jumeau" ^^...et puis ça me parle au plus profond de moi  
Je te souhaite de belles choses également  



2 appréciations
Hors-ligne
Hello taena
et bien je suis hypnotherapeute et art therapeute et comme toi je me suis servie de mon métier pour soulager ce poids du non savoir. C'est d'ailleurs au cours d'une séance que j'ai découvert mon frère, et ma mère a confirmé. J'ai pu alors progresser en dissociant ce qui était dû à ma gémellité du reste. Voilà et puis j'en ai beaucoup parlé jusqu'à en farcir les oreilles de mes amis et de ma famille, j'ai de la chance ils sont bienveillants.
Je te souhaite plein de belles et douce choses
nils

Art-thérapeuthe, quel beau métier. En effet ça ade d'avoir un pied ds ces métiers là.
Je suis contente pour toi que cela t'ait soulagé.
je t'apporte sans imposer une idée supplémentaire:le bémol des thérapies sont que nous parlons du traumas, en faisait revivre l'émotion, prendre conscience de ce qui est arrivé. C'est bien...et apres, une fois qu on a comprit, qu'est ce qu on fait de ce souvenir....?
L'idée 1 creuser c est d'utiliser une thérapie qui NETTOIE et guérit le trauma. Je crois qu'en hypnose c est le cas? ...
qu en penses tu?

Désolee pour les fautes de frappes sur l orthographe!(j ecris depuis mon smartphone)

Répondre
Pseudo :
Adresse e-mail:


Se souvenir de mes infos ( pseudo et e-mail ) :


Cochez la case ci-contre :



Ces blogs de Famille & enfants pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 59 autres membres