jumelle-malgre-moi

jumelle-malgre-moi

ce que je ne serai jamais.

Hier encore, j'ai vu ce que je ne serai jamais. Alors que je magasinais, j'ai croisé cette maman poussant une poussette double avec deux anges aux physiques identiques à l'intérieur.

Je me suis retournée sur son passage, non pas par curiosité de voir des jumeaux comme tout le monde, mais avec un pincement au cœur à l'idée que moi aussi j'aurai du être deux. Ma vie est plus fade au singulier, mais c'est ainsi. Lorsque je vois des petits jumeaux, j'ai ce sentiment, cette peine qui vient me chercher au plus profond de moi. Du haut de mes 30 ans, je n'ai pas vraiment fait mon deuil de cette perte. On ne peut faire un deuil véritable lorsque l'on ne peut pas voir le corps, je crois bien être dans cette situation. Même à 60 ans, je ressentirais cette peine.

La jeune maman est montée dans l'ascenseur avec ses beaux bébés chanceux d'être arrivés ensemble. La porte se referme sur ma peine, j'aurai mal au cœur encore un moment, puis je passerai à autre chose et je mettrai ma douleur de côté, comme je l'ai toujours fait.



19/12/2013
0 Poster un commentaire
Ces blogs de Famille & enfants pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 60 autres membres